Confinement Naturo (Lettre finale ?) – Célébrons

Confinement Naturo (Lettre finale ?) – Célébrons

Chers déconfinés
 
Voilà, il semblerait que le confinement se termine. Je voulais vous remercier pour vos encouragements au fil de ces lettres dans lesquelles je me suis dévoilée, confiée. Des lettres de partages que j’ai essayé de rendre douces pour nous soutenir tous dans ces 60 jours de confinement.
 
Voilà qu’ils sont finis et que la société reprend doucement ses droits. Ces 60 jours ont été bénéfiques à tous sur de multiples plans. N’oubliez pas vos ressentis, n’oubliez pas vos promesses pour Demain, pour votre vie, pour la Vie. Résistez encore un peu, délibérément, à l’aspiration de la spirale infernale sociétale, et surtout, pensez à célébrer !
 
Je ne résiste pas à l’envie de vous repartager ce conte du début du confinement.
 « C’était en mars 2020
Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir
Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir,
Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver,
Le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt
C’était en mars 2020
Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison,
Les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur.
Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait
C’était en mars 2020
Les gens ont été mis en confinement pour protéger les grands-parents, familles et enfants.
Plus de réunion ni repas, de fête en famille.
La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.
Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri,
Les feuilles ont poussé
Les gens ont commencé à lire, jouer en famille,
Chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même,
Ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.
les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté,
De l’économie qui a dégringolé
Mais le printemps ne savait pas.
Les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid,
Les hirondelles sont arrivées
Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé.
Le virus n’était plus une menace
Les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient,
Embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.
Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas.
Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort.
Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la Vie
 »

Et si l’été n’est pas encore vraiment là, en dépit des gants et des masques, je vous invite tout de même à célébrer.
Célébrer dans le sens rituel du terme, c’est-à-dire à remercier et avoir de la gratitude pour toutes les expériences et les leçons de Vie que nous avons vécues durant ce confinement.
En remerciant nous nous ouvrons toujours plus à de nouveaux espaces, de nouveaux possibles.
Nous reconnaissons que quelques soient les épreuves traversées, nous en avons saisi les aspects positifs et précieux, ceux qui vont nous porter vers Demain.
Célébrez ce déconfinement avec joie et allégresse, avec vos proches, ou parfois juste en vous-même et continuez à partager avec ceux que vous aimez, à donnez à ceux que vous ne connaissez pas.
 
Pour ma part, je réouvre mon cabinet la semaine prochaine pour les soins et je continue les consultations en visio-conférence pour ceux qui préfèrent limiter encore les contacts.

Je prépare également une liste d’ateliers pour l’été, à découvrir prochainement sur mon blog.

Enfin, si ces lettres vous ont été transmises par une tierce personnes, et que vous souhaitez recevoir directement mes lettres dans votre boite mail, pensez à m’en faire la demande par mail (bauriana@gmail.com).
 
Je vous souhaite une très belle semaine de célébrations

Auriana

Confinement Naturo (lettre 37) – Devenez votre propre source

Confinement Naturo (lettre 37) – Devenez votre propre source

Bon samedi à toutes et tous,

Les nouvelles sont plutôt bonnes, puisqu’il semble bien qu’enfin pour allons pour voir retrouver un peu de liberté de mouvement et de rencontre. Mon cœur se réjouit de revoir bientôt mes parents (qui habitent dans un rayon de 100km) et beaucoup de mes ami(e)s, de reprendre les cercles de femmes, les ateliers, les massages, etc. Bref, de VOUS retrouver en vrai et de reprendre une Vie dehors après cette longue parenthèse, qui fut douce par moment, forte angoissante à d’autres, et qui finalement semble bien se terminer.

Nous sommes cependant prévenus, le retour à la « Vie normale d’avant » ne sera pas.
L’avenir est d’ailleurs bien flou : Alors que le Premier ministre Edouard Philippe annonçait : “Le risque d’une seconde vague, […] qui imposerait un re-confinement, qui ruinerait les efforts et les sacrifices consentis […], est un risque sérieux”, le Pr Didier Raoult, virologue mondialement reconnu exprimait exactement le contraire : “La deuxième vague, c’est de la science-fiction”.
Durant ce confinement, nous nous sommes fait ainsi ballotter, d’infos officielles en déclarations contradictoires, de sueurs froides en affolement, sans jamais finalement trouver le moyen de connaître la vérité. “Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut pas se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et, avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez”, disait la philosophe Hannah Arendt, rescapée du nazisme et spécialiste des systèmes totalitaires.

Le jour d’Après, commence aujourd’hui ! 

Voilà, nous sommes prévenus et devons rester vigilants à cet avenir.
Cela dit, au fil de mes lettres, durant ces deux mois de confinement, je me suis toujours évertuée à me concentrer sur le positif des évènements que nous avons traversé. Et je sais aussi que, comme en témoigne vos messages, ce confinement a permis à nombre d’entre-vous d’y voir plus clair « à l’intérieur ». C’est cette petite flamme qui s’est allumée en vous qui peut devenir notre lumière en ces temps sombres. Certains veulent changer de job, changer de lieu de Vie, changer d’habitudes, etc. pour être plus en lien avec vous-même, plus en cohérence avec votre vision du monde.

Et vous n’êtes pas seuls

L’individualisme forcé du confinement à fait émerger de beaux élans de solidarité, de partages. A ma simple petite échelle de quartier, nous avons tissé de nouvelles relations avec notre voisinage. Aujourd’hui, nos échanges se poursuivent après les acclamations de 20h, d’un trottoir à l’autre avec les voisins qui commencent à mettre le nez dehors !
L’entre-aide solidaire s’est très vite organisée en parallèle, comme en témoigne mes lettres 10 et 36 qui regroupent quelques initiatives locales. Sur le site covid-entraide, vous trouverez également des centaines d’initiatives solidaires, pour info et inspiration. Tout cela marche fort bien. Le « petit peuple » que nous sommes se démène et trouve les ressources de rester debout.
Et si le chaos semble avoir atteint les hautes sphères, peut-être qu’il nous est aujourd’hui possible de choisir nous-même la version du monde nous souhaitons nourrir. Le jour d’Après, commence aujourd’hui !

Devenez une source, un initiateur de changements

Connaissez-vous l’étude de Framingham ? Ce projet scientifique au long cours (72 ans à ce jour) était dédié à la base à la santé cardio-vasculaire. Mais en étudiant les comportements des volontaires, les chercheurs ont mis en lumière un phénomène fort intéressant : « la contagion sociale ». Cela peut sembler évident, mais c’est désormais démontré scientifiquement : On ressemble aux personnes que l’on fréquente, par mimétisme ou par influence. Très simplement : si vous vous rapprochez de personnes heureuses de vivre, vous avez de fortes chances de vous mettre à adopter vous-même ce type de pensées.

A l’inverse, vos comportements peuvent également déteindre sur vos proches. Au moment où je me suis posait la question de l’exemple le plus parlant me concernant, j’ai reçu un message d’une amie proche qui me partageait les nouvelles de son kombucha, puis dans la foulée, un autre qui me demandait une mère de kombucha, car sa première expérience avait ratée… Alors oui, le kombucha est un bon exemple : depuis trois ans, nous partageons nos bouteilles de kombucha à chaque réunion, apéros, repas … et depuis, de nombreux amis s’y sont mis et préfèrent un verre de cette boisson probiotique à d’habituels soda/alcool. Et ils partagent à leur tour leurs mères de komboucha, et leurs recettes !

Quelles habitudes souhaitez-vous semer ?

Peut-être avez-vous mis en place quelques nouvelles habitudes depuis le confinement, que vous trouvez justes, sensées, inspirantes. Le simple fait de les partager peut vous amener à devenir un « initiateur de changement ».
Le secret réside dans la générosité. Donnez en restant vous-même auprès des autres, sans jamais chercher à convaincre ni vouloir que l’on vous imite, mais en pensant simplement à l’idée de semer de petites graines.
C’est à mon sens la meilleure façon de refleurir notre planète.

Et pour commencer sainement, je vous partage une recette apéro naturo qui changera des chips/saucisson 😉 pour préparer vos apéros entre amis retrouvés, tout en apportant à votre corps de bons oméga 3 anti-inflammatoires !

Rillettes de sardines
Ingrédients
1 boîte de sardines à l’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fromage de chèvre frais biologique ou de yaourt végétal
1 petite gousse d’ail émincée ou une petite cuillère de moutarde à l’ancienne
Quelques herbes aromatiques
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Préparation :
Émiettez les sardines en conservant l’arête centrale (riche en calcium). Ajoutez progressivement le fromage ou le yaourt, les herbes aromatiques et l’ail. Salez, poivrez à votre convenance.
Servez frais sur des toasts de légumes (courgettes en lamelles, poivrons, endives…).
A noter que cette recette est issue de mon programme de 21 jours pour sortir du confinement en pleine santé auquel vous pouvez encore vous inscrire.

Belles et douces pensées à toutes et à tous
………………………………………………………………………………………..

Cette lettre vous a fait du bien ? Pensez à la partager autour de vous ! En ces temps complexes, distillez les petits bonheurs !
Vous n’êtes pas abonné(e) ? Pour recevoir cette lettre directement dans votre boite mail, il suffit de m’envoyer un mail (bauriana@gmail.com)
Pour retrouver mes lettres précédentes, consultez mon blog.
Enfin, vous pouvez prendre rendez-vous pour une consultation naturopathique à distance au 06 15 87 14 49.
Confinement naturo (Lettre 36) – Respirez !!

Confinement naturo (Lettre 36) – Respirez !!

Bonsoir à toutes et à tous !

J’espère que tous vous portez pour le mieux !

J’ai eu peu de retours concernant la lettre d’hier. Avez-vous commencé à dresser votre liste ?
Comment vous sentez-vous toutes et tous à l’approche de ce déconfinement ?

En parlant de sentir, avez-vous eu l’occasion, en vous promenant ces derniers jours de profiter des multiples senteurs qui embaument les massifs fleuris autour de chez vous ?
Ici, nos sorties quotidiennes sont autant de prétextes à la découverte olfactive des fleurs endémiques de Provence. Rien que dans notre jardin, nous profitons des odeurs douces et suaves des jasmins, pittosporum, seringa et lilas. Rien que faire le tour de la maison offre un merveilleux ballet odorant.

Inspirez ces effluves du Printemps, saison du renouveau !!

Je vous propose aujourd’hui de nous pencher sur l’un de nos sens le plus empreint de mystère : L’odorat. Certains animaux disposent d’un odorat incroyable : certains chiens peuvent suivre la trace olfactive d’un être humain sur des kilomètres. Les ours peuvent être attirer par une carcasse dans les 20 km alentours.
Des études témoignent que l’homme, quant à lui, peut reconnaitre quelques 10 000 fragrances différentes. Des milliers de fragrances nous entourent, depuis la nuit des temps, portant leur dimension sacrée, culturelles, rituels…

Et pourtant, la compréhension du fonctionnement de l’odorat est longtemps restée fort mystérieuse. Il est entendu que notre nez aspire des molécules chimiques dans l’air qui sont ensuite analysées par l’épithélium olfactif, un centre nerveux qui regroupe des millions de neurones olfactifs, qui transmet ensuite l’information de l’odeur au cerveau.
Mais la grande question qui est restée longtemps en suspend, c’était de savoir comment ces neurones parviennent à « capter » les odeurs. Au début, on pensait que chaque molécule de forme particulière entrait en contact avec un récepteur de même forme (un peu comme une clé dans une serrure) pour transmettre une information biochimique qui est le fonctionnement que l’on retrouve le plus souvent dans l’organisme.
Et pourtant, les chercheurs se sont rendus compte que des molécules à la même forme biochimique n’avaient pas du tout la même odeur.

Le mystère a été éludé par Luca Turin, Biophysicien et parfumeur : il s’est penché sur la vibration des molécules et s’est rendu compte que les molécules de soufre, qui ont des formes très différentes, mais une odeur caractéristique d’oeuf pourri, vibrent toutes à la même fréquence (76 TéraHertz)… Voilà qui confirme que dans notre corps, l’information ne circule pas seulement sous forme biochimique, mais aussi sous forme vibratoire.

Ce qui ouvre la porte à quelques réflexions intéressantes au sujet des huiles essentielles, qui sont composées de molécules biochimiques et possèdent toutes une fréquence vibratoire propre…

Olfactothérapie aromatique

En inhalant la fragrance d’une huile essentielle, vous déclenchez une impulsion nerveuse qui voyage le long des fibres nerveuses pour rejoindre le bulbe olfactif, puis le cerveau. L’accès est quasi-direct, ce qui fait de l’olfactothérapie une panacée pour la gestion de nos émotions.
Pour pratiquer l’olfactothérapie avec les huiles essentielles, vous pouvez opter pour un diffuseur d’huile essentielles. En effet, la diffusion atmosphérique est la meilleure façon de bénéficier de l’activité générale des huiles essentielles.

Merveilleux agrumes

Par exemple, pour garder un esprit vaillant et contrecarrer la fatigue intellectuelle tout en vous décontractant, vous pouvez diffuser toutes les huiles essentielles tirées de l’expression de zestes d’agrumes (orange douce, citron, bergamote, mandarine, pamplemousse, …). Elles possèdent des propriétés fortement sédatives sur le système nerveux tout en stimulant vos défenses immunitaires ainsi que certains processus métaboliques vitaux au sein des cellules.
De plus, leur diffusion n’a pas de contre-indication :  les enfants, les femmes enceintes, les asthmatiques peuvent profiter de l’effet revitalisant et décontractant de ces parfums. Attention toutefois, ces huiles sont photosensibilisantes ! Evitez de les appliquer directement sur la peau en été, vous risquez d’avoir des tâches.
Pour varier les plaisir, vous pouvez les associer à quelques autres huiles essentielles stimulantes de l’immunité (Eucalyptus radiata, Ravintsare, Saro, Pin sylvestre, Sapin baumier, Lavandin, Eucalyptus citronné … )
Si vous utilisez le diffuseur quotidiennement, une quinzaine de minute dans votre salon suffisent à votre bien être.

Recette du soir…

Et pour accompagner votre quête olfactive du jour, je vous propose un dessert gourmand à la lavande (issu des recettes que vous trouverez dans mon programme de 21 jours pour se déconfiner en douceur. (Il est encore temps de s’inscrire pour commencer la semaine prochaine. Plus d’info ici !)

Panna Cotta amande/Lavande
Ingrédients pour 6 coupelles

40 cl de crème d’amande
60 cl de lait d’amande
60 g de sucre de fleur de coco
6 g d’agar agar
1 goutte d’huile essentielle de lavande.
Préparation :
Faire chauffer la crème, le lait d’amande et le sucre. Délayez l’agar agar lorsque le mélange tiédit. Dès que le lait bout, baissez le feu et laisser chauffer 2 minutes. Versez la goutte d’huile essentielle de lavande et versez la préparation dans les verrines. Servez bien frais !

Je vous souhaite de belles promenades parfumées et enivrantes

………………………………………………………………………………………..

Cette lettre vous a fait du bien ? Pensez à la partager autour de vous ! En ces temps complexes, distillez les petits bonheurs !
Vous n’êtes pas abonné(e) ? Pour recevoir cette lettre directement dans votre boite mail, il suffit de m’envoyer un mail (bauriana@gmail.com)
Pour retrouver mes lettres précédentes, consultez mon blog.
Enfin, vous pouvez prendre rendez-vous pour une consultation naturopathique à distance au 06 15 87 14 49.
Confinement Naturo (Lettre 35) – Dressez votre liste pour le 11 mai.

Confinement Naturo (Lettre 35) – Dressez votre liste pour le 11 mai.

Chers amis confinés,

J’attendais pour vous écrire en ce début de semaine. J’attendais des nouvelles moins floues du plan de déconfinement. J’attendais de comprendre quelles seraient nos marges de manœuvre pour tenter de reprendre nos vies en main. J’attendais tout cela pour une lettre de début de semaine positive et vitaminée, pour nourrir vos idées de Renouveau, de Changement sociétal, vos plans pour Demain quoi.

Mais non, décidément, le flou reste trouble, et le trouble persistera sans aucun doute au-delà du 11 mai.
Donc concrètement, pour certaines choses, je vais attendre encore… Pour l’école de mes enfants, par exemple, car je n’ai pas encore reçu de protocole. Si le virus ne me fait plus peur pour ma famille : nous sommes en bonne santé, nous n’avons pas été vacciné contre la grippe et nous avons moins de 70 ans, sans oublier que les taux de mortalité baissent, corroborant la théorie du Docteur Raoult sur la saisonnalité du virus. En revanche, les protocoles que j’ai vu passer sont particulièrement effrayants, assurément bien plus traumatisants pour les enfants que le confinement en lui-même.

Aussi, mon cabinet restera encore fermé la semaine prochaine (les consultations en ligne restent ouvertes). J’envisage néanmoins de l’ouvrir à partir du 18 mai, car j’ai vraiment envie de vous retrouver et de reprendre les soins du corps (drainages, réflexologie plantaire, soins aromatiques et énergétiques).
Nous aurons alors l’expérience d’une première semaine de déconfinement, de nouveaux chiffres concernant l’évolution de la contagiosité du virus, et certainement plus d’informations concernant nos libertés en partie retrouvées.

Mais en attendant, on fait quoi ?

Et bien, continuer à réfléchir sur notre Changement à venir, celui qui nourrit la Vie !!

Si notre Gouvernement tarde à nous informer quant à demain, il parait néanmoins évident que la crise économique dans laquelle nous sommes tous embarqués risque de bousculer nombre d’entre nous. C’est une nouvelle occasion de nous centrer sur l’essentiel, sur ce dont nous avons réellement besoin, sur ce que nous souhaitons voir évoluer dans nos Vies pour plier comme le roseau, mais ne jamais rompre. Pour nous adapter, révolutionner nos modes de consommations et pencher vers cette sobriété heureuse qui invite à quitter le tourbillon qui nous menaçait d’un burn out prochain et retrouver la paix au fond de nous.

De belles paroles, oui, mais comment faire ?

Petit exercice du jour : Dressez votre « never do again » liste

Faites une liste de trois « habitudes consuméristes », non essentielles à votre santé et à votre bien-être, dont vous avez réussi à vous passer pendant deux mois, et que vous seriez prêts à abandonner. Quelques exemples en passant : ce peuvent-être : des sessions shopping compulsives quand vous n’avez besoin de rien, votre abonnement à Netflix, voir même carrément votre télévision. Ce matin j’écoutais cette chronique de la bien inspirée Marina Rollman, qui m’a fait rire.

« Sans TV, je n’y arriverai jamais… »
J’aimerai témoigner de ma propre expérience sur le sujet : En nous installant il y a 9 ans avec mon mari à Aubagne, nous nous sommes posés la question de prendre une télé ou non, car notre abonnement téléphonie/internet permettait de bénéficier, pour 2 euros, d’un maximum de chaines… Alléchant ! Après moult tergiversations, nous avons choisi de nous décider en une soirée test.
20h30 : Début du zapping
21h05 : Fin du zapping des 50 chaines – lui : « Décidément, y’a rien d’intéressant… », moi : « On devrait refaire un tour pour voir… »,
21h 30 : Mon mari tombe sur une émission de voiture : – moi « Ah non !  », – Lui : « Juste 10 minutes, je regarde ce que c’est … »,
22h : – moi sortie de douche : « C’est bon, je vais me coucher », – Lui : « Non, mais attend, c’est pas mal… Juste encore 5 minutes »…
22h30 : Saoulée, je suis allée me coucher seule…

Face au constat de cette pitoyable soirée en couple, nous avons décidé d’un commun accord le lendemain de résilier cet abonnement trop périlleux pour la santé du couple ;-). Depuis, nos soirées sont riches d’échanges, de partages, de lectures, de moments complices. Il nous est arrivé, une fois ou deux depuis, de nous perdre dans une série addictive. Arrivés au bout, à chaque fois, nous avons réalisé le temps que nous avions perdu, absorbés par ces scénarios minutieusement conçus pour nous rendre complètement accrocs. Aujourd’hui, si un film nous fait de l’œil, nous avons trois options : le DVD à la médiathèque, la VOD ou le Cinéma.
Hop, nouveau clin d’oeil de Marina Rollman sur la téléréalité
N’hésitez pas à partager vos idées d’occupations à abandonner en commentaire de cet article !

Combien de temps et d’argent ?

Bref, dressez votre liste et comptabilisez le temps et le coût hebdomadaire de ces 3 « occupations non nécessaires » que vous êtes prêts à délaisser.
Puis, imaginez ce que vous pourriez faire ou vous offrir à la place. Je me permets quelques exemples :
– Vous investir dans une association qui soutient le changement de société (Colibri, Alternatiba, Transition Citoyenne, …)
Engagez vous dans une AMAP ou dans un potager partagé ou collectif (l’exemple de Jardilien à Aubagne).
– Il est également possible de reverser une partie de cette somme aux restos du cœur, aux à d’autres associations locale : un collectif d’enseignants marseillais s’est mobilisé pour réunir des denrées alimentaires pour les familles de leurs élèves qui ne parviennent plus à joindre les deux bouts, ou encore via l’association LeChangeLab de mon amie Caroline Jammet, qui a monté plusieurs projets en soutien aux producteurs locaux ou aux familles les plus démunies,

Vous pouvez aussi prendre un peu plus de temps pour votre santé, en venant vous faire masser ou en vous abonnant à mon programme de 21 jours pour vous soutenir physiquement dans cette reprise. Il s’agit d’une détox du confiné pétillante : perte de poids/montée en énergie instructive et non restrictive. Plus d’infos sur ma page dédiée.
Ou tout simplement en continuant à lire mes lettres (pour celà, pensez à vous abonner!)

Recette naturo pour votre petit apéro du 11 mai !

Enfin, comme d’habitude, je vous livre une petite recette de houmous dans le thème de la sobriété heureuse et de mon programme détox de 21 jours :

HOUMOUS de pois chiche germés
Ingrédients
1 petit bol de pois chiches
1 cuillère à soupe de purée de sésame
Le jus d’ ½ citron  + sel
½ cuillère à café de cumin en poudre
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Recette :
Faites tremper les pois chiches dans l’eau pendant une nuit, rincez, puis laissez-les germer pendant 3 jours en rinçant une à deux fois par jour.

Lorsque les germes dépassent le centimètre, cuisez les pois chiches à feu doux dans un litre d’eau jusqu’à cuisson complète (environ 45minutes). Une fois cuits, égouttez et laissez refroidir.
Puis mixez les pois chiches avec le reste des ingrédients, salez à votre convenance (vous pouvez ajouter de l’eau si votre houmous est trop compact).

Belle découverte,
Bon appétit !

………………………………………………………………………………………..

Cette lettre vous a fait du bien ? Pensez à la partager autour de vous ! En ces temps complexes, distillez les petits bonheurs !
Vous n’êtes pas abonné(e) ? Pour recevoir cette lettre directement dans votre boite mail, il suffit de m’envoyer un mail (bauriana@gmail.com)
Pour retrouver mes lettres précédentes, consultez mon blog.
Enfin, vous pouvez prendre rendez-vous pour une consultation naturopathique à distance au 06 15 87 14 49.