Douces retrouvailles

Douces retrouvailles

J’aime bien les vacances, surtout celles du Printemps : si l’on prend le temps de s’y attarder, on sent l’énergie monter.
Une promenade autour de chez moi m’a offert les premières fragrances de Lilas, dont les fleurs tout juste écloses agrémentaient le vert tendre des feuillages de douces grappes mauves. A mes pieds, j’ai également aperçu quelques nigelles soignant encore leurs bourgeons de fine dentelle avant la naissance des pétales bleutés.
Sur la clôture, la vigne vierge bourgeonne elle aussi et bientôt son parfum embaumera tout le jardin, quelques jours à peine avant le que le Seringa et les pittosporums ne délivrent à leur tour leur effluves de jasmin.

J’aime tellement ce calendrier odorant, qui égrène les jours et les parfums, et m’envoute de ses fragrances printanières et régénérantes. Et chaque année, j’attends avec impatience cette Ode à la vie et à la renaissance.
Le Printemps nous invite à sortir, à visiter les parcs, jardins et bois alentours.

Pourtant, tandis que je vous écris ces mots, je reçois sur mon téléphone, une photo du Midi Libre qui montre des gendarmes masqués et armés jusqu’aux dents (fusil d’assaut !!) sur une plage, en train de distribuer des contraventions aux vacanciers non masqués…
Mais, non, pas aujourd’hui… J’éteins mon téléphone et laisse passer la vague de colère émergente… Non, cela ne ternira pas ma journée.

J’ai mis du temps à vous écrire. J’en avais envie, mais je n’en trouvais pas le temps. J’étais comme saucissonnée entre le travail, les soins, les enfants, les projets… et surtout happée par l’Actualité. J’avais ce besoin d’essayer de comprendre, de me faire mon point de vue sur la situation, sur ce qu’on nous vend comme des vaccins, et comme beaucoup, j’étais pendue aux lèvres du Roi pour organiser mes semaines, mes rendez-vous, mes ateliers, etc.
Prise dans ce tourbillon infernal, dans cette frénésie de tout faire avant que tout ne s’arrête à nouveau, j’avais perdu mon centre, mon ancrage. Je commençais à dériver, entre angoisses de l’avenir et épuisement intellectuel. Un début de « burn In », comme on appelle ça dans le milieu naturo.

Et puis, deux jours avant l’annonce de cet étrange reconfinement, j’ai craqué. J’ai fermé l’ordinateur, éteint la radio et je me suis désabonnée de tous les « fils d’actualité » installés sur mon téléphone. Et j’ai dormi, beaucoup dormi. Doucement, j’ai mis le nez dehors et j’ai senti ces effluves du Printemps, et leur invitation à la danse, aux retrouvailles..
Aujourd’hui, je me relève dotée d’une énergie nouvelle, d’une force qui refuse que l’extérieur ne pénètre mon jardin intérieur.
Je me sens bien mieux, et pourtant, je ne fais pas l’autruche, je ne baisse pas les bras, je ne laisse pas mon avenir aux mains des décideurs… Juste, je vis.
Je vis maintenant, je vis cet instant merveilleux du Printemps.

Il me donne l’énergie de me focaliser sur ce que je veux pour l’avenir, je me concentre sur les énergies positives. Avez-vous entendu parler de la force de la pensée créatrice ? De la puissance de notre intention ?
Je m’étais un peu perdue. Je suis ravie de me retrouver, de vous retrouver ! Notre vision de l’avenir nous appartient, encore faut-il sortir la tête du seau.
Si vous sentez que le burn out vous guette, pensez à profiter de l’énergie du printemps pour rebondir.
Chaque année, la Terre nous offre le spectacle discret et subtil de cette puissante remontée d’énergie. Alors, éteignez tout et sortez, observez, admirez.

Il est toutefois possible que ce soit difficile, que vous n’y arriviez pas tout seul, que vous ayez besoin d’un petit coup de pouce. La Nature peut vous soutenir avec les plantes « adaptogènes ». Elles sont capables de renforcer votre organisme, de recharger vos batteries sans puiser dans vos dernières ressources (contrairement aux excitants). Et la bonne nouvelle, c’est qu’elles sont nombreuses : vous connaissez les ginseng, il existe aussi le Schisandra, l’Eleuthérocoque, le tribulus, la maca… Néanmoins, pour choisir celle qui vous sera le plus adapté, rien de tel que les conseils avisés d’un pharmacien averti ou de votre naturopathe !

Belle semaine à tous

PS : Cette newsletter vous a plu ? pensez à la partager, et à vous abonner en m’écrivant à bauriana@gmail.com.